Consciente des difficultés rencontrées par les jeunes ayant des problématiques d’addiction, la Mission Locale Est s’est intéressée depuis plusieurs années déjà au dispositif TAPAJ.

TAPAJ, pour Travail Alternatif Payé à la Journée est une innovation médico-sociale soutenue par l’Etat. TAPAJ permet aux jeunes de 16 à 25 ans en situation de grande précarité, de reprendre le contrôle de leur vie et de prévenir leurs conduites addictives via un accompagnement global (médico-psycho-social) et une activité professionnelle payée à la journée et ne les engageant pas immédiatement sur la durée.

TAPAJ est donc une alternative à un environnement défavorable et constitue une première accroche aux dispositifs de droit commun. En effet, les jeunes ciblés par le dispositifs sont bien souvent en rupture avec les institutions ou les modes d’accompagnement classiques.

Quels sont les objectifs de la Mission Locale Est à travers TAPAJ ?

  • Associer accompagnement à l’insertion socio-professionnelle et accompagnement à la réduction des risques et dommages liées à la consommation de produits psycho-actifs pour les jeunes en errance ou en très grandes difficultés.
  • Proposer à ces publics une entrée dans le monde du travail à la fois de manière immédiate mais aussi progressive par la fréquence et sécurisée pour la personne et l’employeur.

Le dispositif se décline en 3 grandes phases :

Phase n°1 : La prise de contact
  • Repérage, prise de contact avec les jeunes, établissement de la relation de confiance par les professionnels de la Mission Locale et d’Addiction France.
  • Réalisation de mini chantiers au sein d’associations ou d’entreprises par le biais de Périodes de Mises en Situation en Milieux Professionnels (PMSMP). Pour ces missions, les jeunes perçoivent une indemnité de 5€/heure. Un suivi des jeunes est effectué par un professionnel de la Mission Locale Est.
  • Réalisation d’une mission de 4h/semaine par le biais d’une association intermédiaire, laquelle est rémunérée 10€/heure.
Phase n°2 : La prise en charge
  • Réalisation de missions en entreprise par le biais de l’association intermédiaire.
  • Rémunération des jeunes 10€/heure à l’issue du contrat.
  • Bilan complet de la situation administrative, sociale et médicale des jeunes.
Phase n°3 : L’accompagnement
  • Augmentation du nombre de missions et/ou des volumes horaires avec maintien de la rémunération à 10€/heure.
  • Accompagnement social (accès aux droits, logements, régularisation administrative, mobilité, sécurisation financière du parcours, …).
  • Accompagnement pour le développement de l’employabilité et pour l’insertion professionnelle